Les évènements du forum se passent en temps réel. Néanmoins, rien ne vous empêche de faire des rps qui se passent un peu dans le passé ou un peu dans l'avenir.

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Hors RP { Le flood et les copains :: Version 1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kara Atterton, combattante malgré elle
Invité
Invité
avatar

23.06.16 0:26


Invité
Kara Atterton
« Je tape fort donc désolée d'avance ♥ »
~Derrière l'écran ~
PSEUDO : CoraAGE :18 ans
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM : Top-site
DOUBLE-COMPTE : Non madame .o.
UN COMMENTAIRE ? : texte ici.
NOM : Atterton
PRÉNOM(S) : Kara
SURNOM : A vous de voir ?
SEXE : Fille
AGE : 15 ans
RACE : Walkyrie
POUVOIR : Magie du sang
NATIONALITÉ : Néerlandaise
MÉTIER/CLASSE : Sophomore
ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
LANGUE OPTIONNELLE : Français
COURS SUPPLÉMENTAIRE : Sport avancé (baseball)
Avatar :
Saber (Fate) – Heroine X
Cheveux :
Blonds
Yeux :
Bleus
Taille :
1m59
Poids :
48kg
Signe distinctif :
Cherchez la casquette
Style vestimentaire :
Des tenues de sport, la plupart du temps. Sinon des débardeurs et des shorts courts.
Autre chose ? :
Non monsieur
pouvoir
Kara peut manipuler son sang à volonté. Si elle est blessée, elle peut l'utiliser comme une arme, ou refermer elle-même sa blessure si elle se concentre assez longtemps. Tant que son sang reste en contact avec la blessure dont il provient, elle ne s'affaiblit pas même si elle se vide de son sang. Tant qu'elle ne brise pas le lien, elle peut ré-aspirer son sang dans son corps ; et elle est la seule à pouvoir le briser.
Si elle n'est pas blessée, elle peut toujours déplacer son sang n'importe où dans son corps. Pratique pour éviter de rougir, mais ça reste limité comme utilité.
Race
Les Walkyries sont des sous-déesse nordiques accompagnant les guerriers morts au combat vers l’au-delà. Dans les fait, Kara est surtout une guerrière imbattable simplement par instinct, capable de parer instinctivement n’importe quel coup ou de se rendre temporairement immatérielle pour les éviter. Elle peut aussi se lier à une épée qu’elle pourra invoquer à volonté, mais elle n’en a pas encore choisi une. Et elle a aussi beaucoup, beaucoup besoin de combattre. Elle doit à tout prix dépenser son trop plein d'énergie dans autre chose pour ne pas taper sur les gens.
Caractère
De manière générale, j'ai tendance à mentir, surtout à moi-même. J'essaye d'être honnête, mais il y a beaucoup de choses qui ne me plaisent pas et que je préfère cacher sous le tapis pour ne pas avoir à admettre qu'elles sont vraies. Bon, sauf que je fais une piètre menteuse, surtout quand il s'agit de cacher mes émotions, et que du coup à part quand je joue les belles gosses prétentieuses, je dois bien être la seule à croire aux histoires que je me raconte.

Ma qualité la plus ambiguë est ma persévérance. Quand je dis "ambiguë", c'est simplement ma façon à moi d'expliquer que ce n'est une qualité que dans certaines situations. Pour faire court, c'est une qualité pour les études, le sport, les jeux-vidéos et toutes les choses du même genre qui n'impliquent pas le contact humain (enfin le contact social, plutôt). C'est dès que ça commence à toucher à la vie sociale que ça coince. Dans ces cas-là, on change de terme : de persévérante, je deviens "puérile" ou "trop insistante". Puérile, c'est quand je refuse systématiquement d'admettre la véracité de quelque chose (ça peut aller de mes sentiments à des faits) et que je persiste à le faire jusqu'à des extrêmes parfois ridicules. Trop insistante, c'est principalement parce que j'ai un mal fou à trouver la limite entre la persévérance et le harcèlement (pas non plus dans des proportions extrêmes, mais quand même). Pour caricaturer un peu les choses : je suis capable d'insister pendant des mois et des mois auprès de la même personne (pour ds raisons diverses et variées), au point de devenir lourde ou un peu flippante, mais je n’atteint pas non plus des extrêmes dangereux (et illégaux) comme enquêter sur quelqu'un ou le suivre jusque chez lui. Mon problème ne vient pas de la notion de vie privée, il vient de mon refus d'accepter les refus, ou les échecs, ou les vérités trop dérangeantes. 

Paradoxalement, j'ai beaucoup de mal à prendre des décisions (en fait c'est une fois la décision prise que j'ai aucune envie de changer d'avis). J'attribue ça à mon côté perfectionniste : comme j'ai peur que mon choix ne soit pas le bon choix, ça me prend un temps fou à chaque fois. C'est un peu pour ça que j'ai décidé d'arrêter de me prendre la tête avec les vêtements : quand je prenais le temps de choisir avec soin, j'y passais des heures et au final, le résultat était un peu toujours le même. Et à bien y réfléchir ça pourrait expliquer pourquoi je suis si persévérante (ou insistante, ou ce que vous voulez) : c'est juste que j'ai du mal à faire le choix d'abandonner et que, du coup, ça me prend un temps fou de laisser tomber quelque chose. Parfois, par contre, je peux faire un choix radical sans passer des heures à y réfléchir, mais il faut que je sois poussé par un sentiment fort et/ou irrépressible pour ça.

Comme j'ai beaucoup d'énergie, je préfère la dépenser plutôt que de galérer à m'endormir. Et non, je ne me trémousse pas sur un stade avec des pompons dans les mains. Quitte à être dans un lieu sportif, autant faire du sport. J'ai fait du tennis, pendant un long moment mais finalement, ça a fini par me taper sur les nerfs. Trop solitaire. Alors j'ai essayé pas mal de sport d'équipe, que je maîtrise un peu du coup, et j'ai jeté mon dévolu sur le baseball. Je suis pas une des filles les plus rapides du monde, mais ça m'empêche pas d'assurer, alors qui s'en fiche ? Moi, déjà.

J'ai beaucoup de patience (je sais, avoir assez d'énergie pour sautiller dans les couloirs et avec de la patience, ce n'est pas censé s'accorder). Il me faut beaucoup pour m'énerver, et aussi beaucoup pour m'impatienter. Du coup, je suis capable d'attendre vraiment, vraiment longtemps un ami en retard au point d'être peut-être un peu aveugle quand on me pose un lapin (en même temps faut être vraiment abruti pour poser un lapin, surtout à moi). Au final, même quand on m'énerve, j'essaye de prendre ça avec calme. 

Quoi ? Vous voulez savoir ce que j'aime ? Ne me regardez pas comme ça, je sais que vous avez très envie que je réponde "la mode, le maquillage et les boys bands". Ratez, je dirais plutôt la musique (et pas celle-là, non), le cinéma et les trucs creepy (mais pas trop, quand même). Ah, et le baseball, aussi. Surtout. J’ai des instincts de combat très développés depuis mon plus jeune âge, avec l’attrait pour la compétition dans le lot, et il me faut à tout prix du sport pour me défouler et ne pas me laisser envahir par l’envie de se battre propre aux Walkyries.
Histoire
« La vie d'une gamine presque normale »
Quoi, vous voulez connaître ma vie ? Je n'ai que quinze ans, vous savez, je n'ai pas eu la vie la plus remplie de l'univers. Vous voulez un résumé ? Soit, alors flashback ! 3 janvier 2001. Prêts ?

Je suis née le 3 janvier 2001, en plein hiver et en pleine tempête de neige, ce qui a empêché mon père d'arriver à temps pour voir ma mère souffrir le martyr (pas plus mal, finalement. Mais quel idée de faire un accouchement naturel aussi!). Enfin du coup, il a débarqué à la maternité peu après ma naissance et il m'ont donc nommé Kara. C'est leur côté exotique. Mon père était ambassadeur des Pays-Bas aux Etats-Unis et, au début, mes parents voyageaient beaucoup pour se retrouver l'un et l'autre dans leurs pays d'habitations respectifs. Dès qu'il était en Amérique, elle passait plusieurs mois là-bas pour le retrouver. Ma naissance a, malheureusement, empêché cette pratique de continuer bien longtemps.

J'ai donc très peu vu mon père pendant mon enfance, à peine quelques semaines quand il revenait avant qu'il ne s'envole de nouveau de l'autre côté de l'Atlantique. Ma mère s'occupait de moi quand elle ne travaillait pas, mais la plupart du temps j'étais confié à une nourrice coincée et fermée qui trouvait bizarre que je sois amie avec des garçons ou que je préfère les voitures et les ballons aux poupées et aux crayons de couleur. Elle n'arrêtait pas de répéter à ma mère "un jour elle se battra dans la rue et fumera des joints" (ce qui était totalement faux, d'ailleurs, je n'ai jamais touché de drogue de ma vie. Quant aux bagarres... disons que ce n'est pas vraiment ma faute), et ma mère se contentait de hausser les épaules.

Au début, j'étais une enfant calme. Au grand dam de ma mère, fan de rock'n'roll et de musique plus récente, je n'ai jamais partagé sa passion. Je préférais le calme, le silence où les environnements pas trop bruyants, même si ça a changé depuis. En grandissant, j'ai rajouté des pinceaux à ma collection de jouets de construction (ce qui a bien cloué le bec à cette stupide nourrice), et je me suis intégrée de moi-même au groupe des bons élèves de mon école primaire, fille et garçons, juste pour me tenir éloigné des parties de foot, de basket et de balle au prisonnier où tout le monde hurlait. Marrant, non ? Maintenant je suis une sportive qui se bat beaucoup. Mais on se refait pas. Je suis née en plein milieu d'un cercle, et j'y ai grandi, il fallait bien que ça ressorte un jour.

J'avais environ 7 ans quand ma race a commencé à faire des siennes. Une Walkyrie, ça a l'air humain. Avant ça, on croyait que j'étais une gamine humaine, un point du petit pourcentage d'humains dans la ville (1%, c'est peu, n'est-ce pas ?). Mais non. J'étais une guerrière, un esprit du combat, et ça s'est vu très vite. Un nouveau de primaire me cherchait des noises en permanence, un petit vampire qui se promenait partout avec une ombrelle et qui ne traînait que dans les couloirs sombres. Il a essayé de me taper dessus, et mes réflexes de guerrière sont ressortis de façon fulgurante. Je l'ai mis KO et il a failli y passer, à cause du soleil. Et après, c'est ma capacité de dématérialisation qui a commencé à buguer.

Ce n'est pas facile de vivre une vie normale quand on peut se rendre immatérielle pour éviter les coups. Dès que quelque chose semblait me menacer, mon instinct de Walkyrie réagissait tout seul et je devenais immatérielle. C'est devenu un jeu pour mes camarades de me faire traverser ma chaise en me lançant des boules de papier à la figure. Et c'était chiant, pour être franche. Et je sais pas ce qui s'est passé. Un moment, une seule fois, mon corps est resté matériel... et je me suis coupée. C'était effrayant, mon sang qui jaillit tout seul comme une main géante pour agripper le gamin qui m'avait lancé ce truc et le serrer jusqu'à l'étouffer. Heureusement, la prof m'a arrêtée. Pas de la façon la plus pédagogique qui soit vu qu'elle a été obligée de m'envoyer dans les pommes, mais bon. J'ai été inscrite au cours de maîtrise de pouvoirs aussitôt, et j'ai eu l'impression désagréable d'être étudiée.

Pouvoir mis à part, ma vie était plutôt normale. J'ai eu un petit frère quand j'avais quatre ans, que j'ai pas tardé à coller comme un pot de super glue. Je passais tout mon temps dans le parc de mon petit frère à l'empêcher de mettre des jouets dans sa bouche et à jouer avec lui. On ne s'est pratiquement jamais battus. Bon, je lui ai peut-être collé une baffe de temps en temps, du genre la fois où il avait déchiré le dessin que je voulais offrir à maman pour son anniversaire ou celle où il avait cassé mon jouet préféré, mais globalement, on a toujours été très proches. Mes parents n'ont pas eu d'autre enfant, à cause de la santé fragile de mon frère durant ses premières années. Ils se sont occupés de lui et ont préféré ne pas avoir de troisième enfant. Enfin je dis ça, mais je ne sais même pas s'ils avaient l'intention d'en avoir plus de deux à la base. Avoir une gamine capable de manipuler le sang a dû les refroidir un peu.

J'ai eu un amoureux de primaire avec qui je me suis mariée au moins sept fois dans la cour de récré sous les cerisiers en fleurs, parce que mes copines me faisaient des colliers et des couronnes de fleurs et s'amusaient à décorer mes robes pour faire un mariage supra-génial. Pauvre gars, quand même. Déjà qu'on dit qu'ils n'aiment pas le mariage, mais alors se marier autant de fois en si peu de temps... Enfin bon. J'étais une bonne élève, au début, parce que je n'avais pas vraiment besoin d'écouter pour avoir des bonnes notes. Après il y a eu tout le bazar avec mes pouvoirs mais comme j'ai déjà dit, ça s'est arrangé. Le problème avec Opleid, c'est que tu restes avec les mêmes personnes toutes tes études. Alors j'ai fait la petite pirouette du moment, et au collège je suis allée voir les nouveaux, ceux qui arrivaient sans comprendre et, surtout, sans me connaître.

Du coup je suis devenue la fille populaire qui papillonne d'une groupe d'amis à un autre sans se faire trop d'ennemis, à part les marginaux un peu rebelles qui me traitaient d'idiote sans cervelle et qui ont vite déchanté quand ils ont vu que j'avais des meilleures notes qu'eux et que je les dégommais ne sport. Que je n'étais pas la bimbo cliché, en clair. J'ai eu un nombre assez impressionnant de "petits copains" à l'époque, même si c'étaient plutôt des flirts ou des mecs avec qui j'acceptais de sortir pour qu'ils arrêtent de me coller, et que je plaquais au bout d'une semaine ou deux (ouais, c'est méchant, je sais). Ensuite bah, j'ai eu un premier copain que je croyais sérieux, qui était surtout un gros con pressé de se la péter devant ses potes en disant qu'il n'était plus puceau à quatorze ans. Pff. Du coup j'ai décidé que ouais, pourquoi pas, et je me suis trouvé des copains un peu moins abrutis et un peu plus vieux, genre un ou deux ans, qui me traitaient légèrement mieux (ou pas, d'ailleurs, certains étaient vraiment des pauvres types). C'est pour ça que j'ai eu rapidement cette réputation de "salope" (que je déteste ce mot, franchement, je fais ce que je veux) alors qu'au final, je n'avais couché qu'avec un seul mec, le gros con du début là.

Pendant ce temps, Chika jouait les grands sentimentaux. Il avait une amoureuse de maternelle dont il avait l'air vraiment amoureux, malgré l'âge je veux dire, genre il a pleuré pendant des semaines quand elle a décidé qu'elle en avait marre d'être son amoureuse. Du coup, il s'est trouvé une nouvelle amoureuse en primaire dont il se fichait visiblement, puis il n'a plus eu de copine. En gros, il est célibataire depuis ses 6 ans parce qu'il ne joue pas les bourreaux des cœurs et qu'il n'a visiblement pas envie de sortir avec une fille. Bah, il a le temps, après tout, il n'a que onze ans. En fait, le problème, c'est qu'il est trop romantique pour notre époque, le pauvre. Il cherche la perle rare, la jolie fille sympa pour vivre une romance type shôjo. Le problème, c'est que ça n'existe presque plus que dans les mangas, ce genre de nana. Enfin, j'ai bon espoir pour lui, il paraît qu'il est amoureux d'une fille de sa classe, donc j'espère qu'il réussira à avoir celle dont il rêve.

J'ai rencontré un mec cool en vacances en Australie. En fait, je l'ai surtout plus ou moins sauvé d'une bande de gars qui lui tapaient dessus, et qui ont flippé à mort quand ils ont frappé dans le vide en visant ma tête et qu'il se sont pris une batte de baseball en sang dans la tronche (quoi ? Je modèle mon sang comme ça me chante !). On a passé quelques temps ensemble, en essayant d'oublier qu'on ne se verrait que trois semaines. J'ai jamais autant adoré qu'Opleid nous oblige à avoir des cours d'anglais, et je trouvais son accent australien trop craquant. Alors j'ai sauté le pas avant de partir et j'ai accepté de coucher avec lui la veille de mon départ. Ouais, dis comme ça c'est pas terrible. Disons plutôt que j'avais envie d'avoir une meilleure expérience qu'avec le premier, qui était quand même un bon gros naze sur plein de points, et que je voulais partager ça avec celui à qui je tenais le plus. Voilà, c'est mieux et plus proche de la réalité. Bref, j'ai gardé son numéro mais je ne me fais pas d'illusion. On est tous les deux centrés sur le contact physique (je parle de câlins et de bisou, oh, j'ai que quinze ans je fais pas ça tous les jours, bande de pervers !), donc une relation à distance ? Complètement mort.

Bref je commence ma nouvelle année à Opleid, une année de lycée supplémentaire en tant que Sophomore cette fois. Enfin je commencerais en Septembre, pour l'instant c'est les vacances d'été et j'ai bien l'intention de profiter de la plage ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

23.06.16 21:45


Invité
COUCOU
bienvenu ! Coeur d'amour pur /o/ Au plaisir de te croiser quelque part !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

04.07.16 11:36


Invité
Coucou ! J'ai terminé ma présentation (oui je suis lente). Juste le petit message d'usage pour le signaler ♥
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Opleid
Directeur
avatar
Masculin
Apparitions : 102
Date d'inscription : 14/04/2016
Race : Inconnue
Pouvoir : Inconnu
Niveau d'études/Métier : Directeur de l'Institution Opleid
Situation amoureuse : Inconnue
Nationalité : Néérlandais
Double Compte : Jillian L. Crimson, Saphyr S. Ellsworth (Comptes Joueur)
Commentaire/Citation : Soon I'll control everything...

Voir le profil de l'utilisateur
http://nitzihell.forumactif.org/
04.07.16 13:41


Validation

Ce pouvoir... comment on peut rester sain d'esprit avec un truc pareil ? x)

Rien à redire sur ta fiche (enfin si, je trouve qu'elle oublie bien vite sa race et son pouvoir après les quelques incidents du début, mais rien de grave). Du coup je te range dans... les Katpoes. Voilà, bienvenue chez les chatons, mouahaha. Urm. C'est donc dans cette maison qu'elle est depuis son entrée en maternelle, bien sûr =)

Tu peux passer te référencer dans les différents Listings, te créer un Agenda pour tenir compte de l'évolution de tes rps (si tu veux) et passer faire une demande de rp ou poster un rp libre. N'hésite pas non plus à aller demander une chambre pour avoir un endroit où dormir.
Amuse-toi bien =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Force politique malgré elle, l’Alternative songerait à un revirement
» ~ Laurelin, monstre malgré elle.
» Chuck&Sora ❝ this link which bound us ❞
» AZRIEL CHARLIE RAREWELL ▲ Lyndsy Fonseca.
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Opleid - Les Cercles des Dieux :: Hors RP { Le flood et les copains :: Version 1-
Sauter vers: