Les évènements du forum se passent en temps réel. Néanmoins, rien ne vous empêche de faire des rps qui se passent un peu dans le passé ou un peu dans l'avenir.

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Collège & Lycée { Nous ne sommes plus des enfants :: Grande cour Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Pouvoir et récréation [PV. Rhoswen]
Vogel Zwart
6th Grader
avatar
Masculin
Apparitions : 18
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 13
Race : Humain
Pouvoir : Invocation de corbeaux
Niveau d'études/Métier : 6th grader
Situation amoureuse : Aucune (pour l'instant)
Nationalité : Hollandaise
Personnage sur l'avatar : Fanart du jeu Coma

Voir le profil de l'utilisateur
18.07.16 22:00


Vogel se promenait dans la cour. Seul dans son coin, il s'ennuyait. Il pensait et réfléchissait à son pouvoir. Il se souvint de comment il l'a acquit, cela l'avait marquer. Des pensées le parcourue : par exemple, jamais il n'avait essayé d'utiliser ses capacités à grande échelle, par exemple, une nuée de corbeau, s'étant toujours limité à nombre d'entre 1 et 3. En tout cas, pendant qu'il songeait à sa magie, les autres, plus loin, semblait discuter et parler de ce sombre personnage solitaire.

L'enfant eut-une idée, pour passer le temps : comme l'utilisation de pouvoir est autorisée, pourquoi ne pas faire apparaître quelque corbeaux ? Ils iraient sur le toit ou picorer le sol de la cour. Le garçon se concentra, préparant ses mains, celle ci étant là où se concentre son pouvoir. Toutes de noir, elles permirent à Vogel d'invoquer un oiseau. Il tint l'animal du bout de ses doigts, puis le lâcha. Le sombre volatil se posa en haut du bâtiment du CDI.

Décidant qu'il y en ait un autre, Vogel se concentra à nouveau et fit apparaître un deuxième corbeau. Cette fois ci, il essaya de lui ordonner quelque chose, mais cela ne marcha pas. Le piaf alla s'envoler ailleurs et se dirigea tout droit vers une autre élève, grande, plus vieille que le garçon. L'animal se mit à attaquer cette dernière, en donnant des coups de bec. La scène se fit remarquée par tout le bahut, provoquant les rires de certain. N'aimant pas trop se faire voir, mais voulant quand même empêcher un accident, il se précipita vers la fille.



Et le corbeau, immuable, est toujours installé, [...]
sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ;
et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

19.07.16 11:28


Invité
« – La prochaine fois qu'on se croise, rappelle moi de salement t'ignorer, Andersen. »
La voix presque trop calme de Koenrad Andersen avait raisonné avec une mesure abrutissante dans l'air alors qu'il plongeait un regard vert dans les yeux – de la même teinte – de sa cousine. Elle était presque aussi grande que lui désormais et se tenait complètement droite dans le couloir du bâtiment C.Naturellement la jeune femme aurait bien aimé trouver quelque chose à rétorquer avec autant de virulence que possible mais elle savait que c'était une joute complètement veine et qui en plus nuirait à sa propre réputation. Ils avaient beau être cousins, au premier degré et avoir été élevé dans les mêmes circonstances, côte à côte comme un frère et sa sœur  – leurs maisons étaient mitoyennes – Koenrad et Rhoswen avaient généralement trop de points en commun pour s'entendre correctement. Si d'ordinaire on s'accordait à dire que l'aîné était plus sage et pondéré que la jeune blonde, la jeune femme elle, savait qu'il n'en était rien et que c'était sans doutes même tout le contraire.

La main fine et bien plus délicate d'Emilja Jansevic se glissa dans celle de Rhoswen obligeant la seconde à baisser les yeux pour regarder le visage nerveux de son amie. Emilija et Rhoswen étaient dans la même classe d'année en année et ce depuis la maternelle.  Si elle trouvait parfois que cette école était une plaie parce qu'elle l'obligeait à supporter éternellement les même tête de pioche d'une année sur l'autre elle avait pour avantage de lui permettre de préserver les rares amitiés durables qu'elle avait réussi à mettre en place.  Avec son mètre cinquante-sept, son carré noir et ses yeux gris, Emilija était aussi différente de son amie que possible et avait pour particularité notable les ailes brunes aux longues plumes qui ornaient son dos. Ça et sans doutes aussi les serres de rapace qui lui faisaient lieu de pieds.

Sans ajouter un mot, elle avait entraîné son amie vers des lieux qu'elle espérait plus calme dans l'optique principale d'éviter que les cousins Andersen ne causent la destruction d'un des bâtiments de l'école avec leurs stupides histoires de compétitions familiales. De toutes les manières, le mal était déjà fait, Rhoswen était déjà de mauvaise humeur et ce n'était malheureusement pas son séjour momentané dans la cour commune du collège et du lycée qui allait arranger cette dernière. Alors qu'elle avait finalement entamé à contre-cœur une conversation avec son amie et un garçon de leur année à propos de ses cours de spécialités et de ce qu'ils allaient faire cette année pour combler les heures laissées vides dans leur emplois du temps il avait fallut qu'ils soient dérangés.  C'était un oiseau qui avait été la cause du débordement qui avait parachevé de ruiner définitivement l'humeur exécrable de la jeune fille.

Pour une raison ou pour une autre, il avait décidé de s'en prendre à elle attaquant encore et encore. Non pas que ce  soit parctulièrement douloureux – sa notion de la douleur était légèrement différente de celle des autres – mais c'était particulièrement agaçant quand aux rire que cela avait provoqué elle supposait que c'était plus des rire de malaise de réel amusement, elle n'était pas une personne sur laquelle on pouvait se permettre de rire et ça elle était plus que certaine que tout le monde l'avait intégrer. Non en fait le problème majeur dans cette histoire, plus que l'enfant qui accourrait vers elle sans doutes dans l'intention d'avouer qu'il était la cause de cette action, c'était le regard acéré et prédateur d'Emilija.

On avait pas idée de mettre un tel met de choix devant une harpie qui avait toujours eût du mal à contenir ses instincts primaires. Parce que s'il y avait bien une chose que Rhoswen avait appris à ses dépends à force de fréquenter un rapace géant à visage-humain c'était encore qu'on ne pouvait absolument pas aller contre sa nature. Lâchant son amie des yeux – elle était de toutes façon trop occupée à suivre le corbeau des yeux cherchant le moment propice pour lui sauter dessus et s'en repaître – Rhoswen , ignorant les demandes de son autre camarade matérialisa l'un de ses bras-amure et d'un geste brusque , particulièrement violent à cause de son irritation elle avait  saisit le volatile.  L'animal un peu sonné par la force de ce poing métallique ne bougeant même pas.

« – Alors tu es celui qui à causé cela, hein? »

Elle avait claqué désignant à son front la plaie qu'avait provoqué le bec de l'animal. L'idée qu'il aurait pu lui crever un œil s'imposa dans son esprit et la rendit d'autant plus furieuse.  Alors que son bras métallique et géant disparaissait elle attrapa l'animal par les pattes pour le regarder de plus près.  Elle l'agita un peu et avec un sourire qui n'engageait rien de bon elle le jeta en direction d'Emilija. La harpie déploya ses ailes immenses  et bondit pour le récupérer laissant parâtre le bec puissant qu'elle n'arborait pas d'ordinaire. Même si elle leur tourner le dos, un craquement sinistre laissa parfaitement entendre ce qu'elle était en train de faire de l'animal.  Le regard de la blonde se baissa une nouvelle fois sur le nouveau venu.

« – Maintenant je me demande ce que tu va faire pour éviter que je t'offrecomme un met de choix à ma charmante amie et croit moi quand je te dis que de banales excuses ne suffiront pas à apaiser ma colère! »

Sa voix était calme mais pas moins menaçante alors qu'elle attraper le mouchoir que lui tendait le seul camarade masculin de leur conversation précédente. Elle épongea le sang qui coulait un peu sur son visage sans pour autant quitter le jeune garçon des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le pouvoir de création, tentation ultime ?
» 3. Création d'un Pouvoir Spécial
» Création de personnage
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Opleid - Les Cercles des Dieux :: Collège & Lycée { Nous ne sommes plus des enfants :: Grande cour-
Sauter vers: