Les évènements du forum se passent en temps réel. Néanmoins, rien ne vous empêche de faire des rps qui se passent un peu dans le passé ou un peu dans l'avenir.

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Ding, Dong { Bienvenue à Opleid :: Présentations :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Cahel *** I can be anywhere, anytime ♥
Cahel McKelly
Informaticien
avatar
Masculin
Apparitions : 12
Date d'inscription : 29/12/2016
Age : 26
Race : Sylphe
Pouvoir : Ubiquité
Niveau d'études/Métier : Informaticien
Situation amoureuse : Free
Nationalité : Ecossais
Personnage sur l'avatar : Izaya Orihara
Commentaire/Citation : Regarder n'est pas un crime ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
29.12.16 16:45


Cahel McKelly
« Regarder n'est pas un crime »
~Derrière l'écran ~
PSEUDO : Nathan
AGE : 22 ans
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM : Ne me pose pas cette question
DOUBLE-COMPTE : Yavait Rezz, mais il est mort maintenant
UN COMMENTAIRE ? : Nope
NOM : McKelly
PRÉNOM(S) : Cahel
SEXE : Male
AGE : 25 ans
RACE : Sylphe
POUVOIR :Ubiquité
NATIONALITÉ : Écossais
MÉTIER/CLASSE : Informaticien
ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
DIPLÔME(S) & ETUDES: Un diplôme en informatique
Avatar :
Izaya Orihara
Cheveux :
Noirs, en bataille
Yeux :
Rouges, mais il n'aime pas cette couleur et porte des lentilles
Taille :
1m87
Poids :
72kg
Signe distinctif :
Il a la peau très pâle et l'air chétif
Style vestimentaire :
Chemises, T-shirts, jeans, bref des trucs simples, et souvent en noir
Autre chose ? :
Une bague à chaque index, et un piercing à l'oreille droite
pouvoir
Cahel dispose du don très pratique de pouvoir être à deux endroits à la fois. Il peut dédoubler son corps et contrôler indépendamment chacun des deux clones comme s'ils étaient deux personnes différentes, mais connectées par télépathie. Son deuxième lui peut apparaître n'importe où dans son champ de vision, et dispose des mêmes capacités raciales que son original, pouvant donc se changer en nuage ou courants d'airs et produisant une brise plus ou moins forte autour d'eux.  
Race
Les sylphes sont des esprits du vent. Ils sont généralement pâles et minces au point de paraître délicats, mais leur corps gracile est souvent plus résistant qu’il n’en a l’air. Beaucoup peuvent facilement passer pour des humains avec un petit effort, mais une légère brise les suit où qu’ils aillent. Ces signes sont plus marqués lorsque le sylphe est sujet à une passion ou à une colère intense, des bourrasques de vent spontanées ébouriffant ses cheveux ou des souffles chauds arrachant de petits objets à leurs étagères. Ils peuvent se changer en courants d'air ou en nuage, voient dans le noir sur une distance supérieure aux humains et peuvent se déplacer très rapidement en se changeant en vent. Ils peuvent aussi modeler les nuages à leur guise et s'en servent souvent pour pour créer des oeuvres d'art (ou d'autres choses qui les intéressent)
Caractère
Par où commencer ? Cahel veut tout savoir, et il saura tout. Tout sur tout le monde, tout sur tout ce qui se passe, il connaîtra jusqu'à la couleur de vos sous-vêtements si vous êtes dans les parages. Il est beaucoup trop curieux pour son propre bien, et aussi pour celui des autres. La vie privée ? Connaît pas. Rien n'est assez grave ou assez important pour être caché, et il fera tout pour connaître le moindre de vos sombres petits secrets. Cette curiosité déplacé s'applique aussi à sa tendance naturelle à la perversion. Regarder mais pas toucher, conformément à son accord avec Holly, mais pour le coup il ne se prive vraiment pas de regarder. Aucune serrure ne peut l'arrêter, et si vous sentez un courant d'air dans les parages lorsque vous vous changez, ne vous posez même pas la question. Oh, et c'est un bon bidouilleur aussi, donc il lui arrive de pirater les webcams ou d'installer ses propres caméras. Cahel a des yeux partout, et il se sert de chacun d'entre eux. Et de temps en temps, si ce qu'il voit lui plaît, il peut être tenté de jouer avec.

C'est là que ça cloche. Parce que demander l'autorisation, il ne le fait pas quand il regarde, mais il ne le fait pas non plus quand il veut toucher. Enfin si, il le fait, mais n'importe quel mot sorti de la bouche de la personne d'en face sera un "oui" enthousiaste à ses oreilles. Ça vaut d'ailleurs pour tout. Le refus n'est pas compris par son cerveau, c'est une information non-essentielle qu'il ignore avec un talent effrayant. Sa détermination, alliée à sa curiosité, lui a donné beaucoup d'avantages, mais lui a attiré beaucoup plus d'ennuis. Parce que certaines personnes n'apprécient pas sa tendance au voyeurisme. Mais leur opinion aussi, il s'en fiche. A vrai dire, tout ce qui ne s'accorde pas à sa volonté n'a pas d'importance. Et s'il doit écraser celle des autres pour faire entendre la sienne, il n'hésitera qu'une fraction de secondes.

Sa volonté est aussi soigneusement programmée. Avec ce qu'il sait des autres, ce qu'il a appris avec ses caméras, ses intrusions et les petits logiciels espions qu'il implante dans les ordinateurs de tous les élèves, il prévoit à l'avance chaque coup, chaque parole, comme un joueur avec un peu trop de cheat codes sous la main. Il lui arrive de se tromper, mais il organise alors une dizaine d'autres scénarios pour compléter l'histoire conformément à ce qu'il voulait. Un petit imprévu, une fin un peu moins bonne (ou mauvaise) que celle qu'il avait déterminé, et il perd patience. Il s'énerve, se calme les nerfs en cassant tout ce qui lui passe sous la main à coup de tornades, puis il cherche à corriger, à refaire apparaître la fin initialement prévue. La plupart du temps, il y arrive. Si ses calculs sont trop loin de la vérité, il abandonne et il se sort un jeu vidéo.

Cahel n'est pas uniquement accro à son ordinateur pour tous les logiciels qu'il peut y installer, il joue aussi souvent aux jeux-vidéos. Beaucoup, beaucoup de jeux vidéos. Il y joue principalement seul, mais en vérité il préfère jouer avec d’autres personnes qui partagent cette passion, par nostalgie. Il est aussi adepte de l'humour noir. Aucun respect pour quoi que ce soit, tout est bon pour faire une mauvaise blague ou une remarque. Il rit du malheur des autres sitôt qu'il en a l'occasion, surtout lorsqu'il est provoqué par lui-même. Il n'est pas spécialement romantique quand il tient à quelqu’un, il y tient, d'une possessivité maladive qu'il essaye tant bien que mal de concilier avec son besoin pressant de nouveauté et de liberté. Il se fiche des lois, il se fiche des convenances. Si ce qu'il veut n'est pas autorisé ou qu'il ne peut pas l'obtenir dans la légalité, il l'aura quand même.
Histoire
« I'm a creep, and a liar  »
Cahel est né le 16 Novembre 1991 dans une petite ville d'Ecosse, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest d'Edimbourg. C'était un gamin normal, même si son père extrêmement machiste et sa mère femme au foyer et esclave à temps plein ne lui ont pas donné la meilleure éducation du monde en matière de sexisme. C'était donc le petit garçon qui court après les filles pour essayer de regarder sous leurs jupes ou qui joue de ses grands yeux pour les pousser à montrer leurs culottes. Bref, il a plutôt mal commencé sur certains points, dans la vie. Souvent la cible d'avertissements plus ou moins sévères de la part de son école primaire, Cahel fut protégé par son père laxiste, ou d'accord avec lui, et sa mère trop soumise pour faire autrement. Il a cependant vite compris que l'indulgence de ses parents n'effacerait pas les inscriptions qui noircissaient ses bulletins de note. Un mauvais élément, pas très sérieux, jamais concentré, bavard, incapable de tenir en place à la récréation. Bref, tout sauf le gosse dont on rêve de s'occuper quand on devient instituteur.

Au final, c'est un miracle qu'il ait réussit à passer toute la primaire sans redoubler, et on le lui répétait tous les ans. A vrai dire, il s'en fichait un peu. Il était plus intéressé par les ragots des couloirs et par les histoires même inintéressantes qui se racontaient dans la cour et dans les toilettes pour s'intéresser au reste. Il paraît que cette fille a porté son T-shirt à l'envers toute la journée hier, que cette prof ne met pas de culotte sous sa jupe et que untel l'a vue, que tel mec a réussi à s'enfuir de l'école et à ne plus y revenir de la journée... Il récoltait tout, du plus inutile des ragots à la plus croustillante et inveriffiée des informations. Le collège lui offrit un nouveau terrain de jeu.

Nouvelles personnes, nouvelles histoires, nouvelles polémiques. Des couples bisous bisous qui se forment et cassent, des sécheurs, des élèves turbulents. Lui, il était le gamin du fond de la classe, celui qui prenait des notes. Beaucoup de notes, sur ce qu'il voyait, ce qu'il entendait, ce qu'on lui rapportait. Il devint une mine d'information, la vraie mine d'or du collège qui savait tout sur tout le monde. Et il se sentait puissant. Les choses n'ont pas vraiment "mal tourné". Mais il ne put pas continuer son trafic d'informations très longtemps. La fille sur qui il possédait le plus d'informations, de la couleur de ses sous-vêtements à la marque de ses tampons, finit par le surprendre alors qu'il espionnait dans les vestiaires. Elle en parla vite à sa famille, qui porta plainte, et même le père de Cahel ne put pas faire annuler l'amende.

A partir de là, sa vie devint assez difficile à supporter. Son père tenta tout ce qu'il pouvait pour le faire trimer légalement et rembourser l'argent qu'il avait du dépenser, et ses oreilles résonnèrent très longtemps des sermons qu'il lui envoya à la figure jour après jour. Son père avait décidé de lui faire faire un "travail dégradant" en libérant sa mère de ses fonctions. Ménage, cuisine, vaisselle, l'humiliation parfaite pour un gamin qui avait toujours considéré que c'était le travail des femmes, qu'on lui avait désignées comme des être inférieurs et sans valeur, des objets décoratifs qui, de temps en temps, présentaient une utilité. Il a plus ou moins changé d'avis en voyant à quel point sa mère pouvait trimer dur, lorsqu'il a dû faire tout le travail à sa place. Humilié, il a commencé à mépriser son père.

Il a fugué. Deux fois. Les deux fois, on l'a retrouvé avant qu'il n'ait le temps de prendre la mer pour s'enfuir quelque part, même s'il ne savait pas trop où il avait l'intention d'aller. Au retour de sa deuxième tentative, son père a compris que sa méthode ne marchait pas, et il a tenté autre chose. Il l'a engueulé, a manqué de le frapper à plusieurs reprise mais Cahel a refusé de réagir. Sans ciller, il a tenu tête à son père jusqu'à ce que celui-ci, lassé, ne décide de l'envoyer le plus loin possible. Alors il a parcouru tout un tas de document pour que son fils puisse traverser la mère comme il avait l'air de le vouloir, et il l'a balancé à Opleid, en le jetant au port le plus proche avec à peine un au revoir. On ne peut pas vraiment dire que Cahel l'ait mal pris. Débarrassé de son père, méprisable, et de sa mère, trop soumise pour être d'une quelconque utilité, il est monté dans le bateau qui l'a traîné jusqu'aux Pays-Bas, jusqu'à Opleid et jusqu'à une vie plus amusante.

En arrivant en ville, il devint soudain courant d'air. Dans sa panique, il déracina une grande partie des plantes du petit parc où il se trouvait avant d'enfin trouver le moyen de se stabiliser et, un peu plus tard et avec un petit coup de main, de reprendre forme humaine. Dans sa première année, il a rencontré plusieurs personnes, dont Holly. Holly, c'était une fille à qui il parlait à peine, quelqu'un dans sa classe avec qui il partageait quelques centres d'intérêts, sans plus. Pas assez pour que les préjugés qui avaient un peu moins d'emprise sur son esprit ne disparaisse et qu'elle devienne une amie.

Et puis un jour, il y eut un nouvel élève. Bien fringué, avec ce genre de choses qu'on voit dans le vitrines avec un chiffre si grand qu'on croit qu'il s'agit de la date de fabrication. Avec Holly, pour la première fois, ils se sont mis d'accord sans qu'il n'ait de réticence à lui adresser la parole : ce gamin, ce fils de bourge probablement pété de thunes, n'avait sûrement pas besoin de l'ordinateur portable qui dépassait de son sac. Et même s'il en avait besoin, il pourrait le racheter en claquant des doigts. Il le lui ont volé, comme s'il leur était dû. Ce petit gosse trop friqué et trop malchanceux avait croisé la route des mauvaises personnes. Cinq heures de colle et une exclusion temporaire, ce fut le châtiment qu'on leur infligea. Une punition bien faible, en comparaison du reste. Cinq heures de colle pour faire connaissance, découvrir leurs points communs, apprendre à se connaître et se rapprocher, une exclusion pour continuer les petits délits qui étaient devenus leur marque de fabrique. Ils devinrent proche, trichèrent aux examens tous les deux grâce aux petites caméras fabriquées par Cahel dont il était très fier.Examens qu'ils eurent haut la main après avoir regardé les sujets quelques jours avant l'épreuve. Ils passèrent l'été à jouer aux jeux-videos... Mais pas seulement.

Parce que Cahel avait ce petit détail qui ne plaisait pas à Holly, et dont il n'avait même pas conscience : une copine. Une fille qu'elle ne pouvait pas voir en peinture, de deux ans plus vieille que lui, avec des cheveux dorés qui l'avaient fait craquer sans qu'il sache trop pourquoi. Un coup de foudre avec lequel il était sorti quelques semaines à peine après la rentrée, qu'il ne traîtait pas spécialement mieux que les autres mais qui avait la chance de pouvoir lui parler, le toucher, sans se prendre une réflexion acide ou un regard effrayant. Cette fille, ce fut comme un déclencheur, une première étape. Jalouse, Holly coucha avec un mec un peu après ses quinze ans, après la rentrée, et Cahel put ressentir exactement ce qu'elle avait voulut lui faire partager : la jalousie. Il ne lui fallut pas longtemps pour l'apprendre, vu qu'il espionnait toujours tout le monde (et même bien plus facilement depuis sa transformation). Il ne lui fallut pas longtemps non plus pour s'énerver. Crier. Créer des tornades violentes sans même s'en apercevoir, sans trop comprendre non plus. L'amour ? Il fallut son chantage, sa menace de coucher avec un mec différent tous les jours pour qu'il saisisse la portée de ce mot, et la porté de la jalousie. Il quitta sa copine presque sans remords, et Holly prit sa place.

Cette ex ne savait pas abandonner. Ils le découvrirent assez vite quand elle se mit à le coller partout, jalouse, agressive, l'insultant dès qu'elle en avait l'occasion, critiquant Holly à tout va à coups d'insultes dont la plus gentille devait être "salope". Elle ne le toléra pas. Du tout. Tout ça se termina très mal pour la blonde, dont il se souvient à peine du nom, car subir la colère d'Holly, sa belle et chère Holly, n'est jamais sans conséquence.

Il leur fallut cinq mois pour apprendre à se trouver, comprendre ce qu'ils ressentaient, pourquoi ils le ressentaient et oublier l'amitié pour passer au stade supérieur. Cinq mois au bout desquels ils franchirent le pas. Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'expérience fut agréable. Et le mot est très, très faible. Ils se découvrirent presque une passion tant ils adoraient ça, passant le plus clair de leurs nuits ensembles. Et de leurs journées, quand ils pouvaient, parfois, pour jouer aux jeux-vidéos et à d'autre jeux plus interactifs. Un an. C'est le temps que dura leur idylle avant que Cahel ne se lasse de sentir les mêmes mains, les mêmes lèvres aussi souvent, sans avoir tenté autre chose qu'elle et la blonde dont il avait depuis oublié le nom. Il dérapa, une fois, trouva une fille qui lui plaisait dans la ville et glissa vers la voie de l'infidélité. Première fois, et Holly le sut presque aussitôt. Elle se vengea en le trompant à son tour et leur manège dura, dura, dura pendant un long mois, à celui qui tromperait le plus l'autre. Puis elle décida qu'elle en avait assez et il comprit que c'était fini. Pour combien de temps ? Six mois. Six mois comprenant un long été qu'il passa seul, et qu'il mit à profit pour prendre des cours intensifs d'informatique, histoire de passer un diplôme par correspondance. Il ne chercha pas à la joindre, car il savait que c'était inutile : elle ne répondrait pas, elle ne voulait plus rien avoir à faire avec lui, et il l'avait perdue.

L'année suivante commença. Même classe, toujours, comme si le sort s'acharnait à mettre Holly, et tout ce qui est hors d'atteindre, près de lui, le faire courir, courir encore après une chimère qui s'éloignait un peu plus à chaque pas. Il décida de l'ignorer. Elle aussi, mais aucun ne put tenir bien longtemps. Quelques cris et un accord plus tard, ils étaient de nouveau ensemble. L'accord ? Une infidélité par an autorisée, qui devint rapidement une infidélité par mois lorsqu'ils s'aperçurent qu'une l'année était loin de leur suffire. Ils se rapprochèrent à nouveau, parvinrent à se pardonner l'un l'autre malgré leurs engueulades plus ou moins constantes, et c'est ensemble qu'ils passèrent leur examen final, trichèrent, et repartirent diplôme en poche. Un diplôme de lycée pour Holly, un de lycée et un d'informatique pour Cahel, tout un tas d'informations enrichissantes fournies par leurs infidélités pour les deux.

L'année suivante, ils la passèrent à améliorer cette base d'informations. De nouvelles expériences, tout autour du monde, pour découvrir des choses qu'ils n'auraient jamais soupçonnées, à travers tous les peuples qu'ils rencontrèrent. Mais pendant ce tour du monde, l’avion qui les emmenait jusqu’aux États-Unis, pays d’origine d’Holly, fut frappé en plein vol et plongea en piqué vers la mer. Cahel, de par ses capacités raciales, fut le seul à en réchapper. La mort du seul amour de sa vie le transforma en tempête violente qui frappa les États-Unis, tuant des centaines de personnes sur le coup, dont ce qui aurait pu être sa belle-mère, avant que sa peine et sa colère ne se résorbent et qu’il redevienne humain, à bout de forces. Vidé de ses forces, il revint aux Pays-Bas, à Opleid, là où tout avait commencé.
En trichant, en falsifiant quelques papiers et en jouant de ses connaissances dans l'information, le piratage et le chantage, il parvint à obtenir un poste d’informaticien à l’Académie. A dix-neuf ans, il avait mystérieusement réussi à se hisser à un poste stable, comme si de rien n'était. Il y est toujours, depuis, et l’école a finie par être truffée de caméras. Il ne s’est pas encore fait choper pour son espionnage et ça lui a plusieurs fois permis d’aider des élèves en difficulté, et peu à peu, d’années en années, la blessures de la mort d’Holly a commencé à cicatriser, même s’il sait au fond de lui qu’elle lui manquera toujours. Il respecte toujours le principe de leur couple, et s’interdit plus d’une "infidélité" par mois. Du moins jusqu’à ce qu’il trouve quelqu’un qui saura faire battre son cœur comme elle, si cette personne existe.
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Opleid
Directeur
avatar
Masculin
Apparitions : 102
Date d'inscription : 14/04/2016
Race : Inconnue
Pouvoir : Inconnu
Niveau d'études/Métier : Directeur de l'Institution Opleid
Situation amoureuse : Inconnue
Nationalité : Néérlandais
Double Compte : Jillian L. Crimson, Saphyr S. Ellsworth (Comptes Joueur)
Commentaire/Citation : Soon I'll control everything...

Voir le profil de l'utilisateur
http://nitzihell.forumactif.org/
29.12.16 19:21


Validation

Tu sais que j'ai relu toute ton histoire, tout ça pour voir que t'avais changé que le denier paragraphe ? Méchant ! xD
Tes nouveaux avatars sont juste trop bien, j'ai encore plus envie de refaire ce rp du coup o.o
Bref j'ai tout re-vérifier et ça colle, t'as rien laissé traîné de hors contexte donc tu es validé. Maintenant ramène tes fesses pour un rp.


Bon tu connais la suite :
Tu peux passer te référencer dans les différents Listings, te créer un Agenda ou une page réseaux sociaux pour tenir compte de l'évolution de tes rps (si tu veux) et passer faire une demande de rp ou poster un rp libre. N'hésite pas non plus à aller demander une maison pour avoir un endroit où dormir.

Amuse-toi bien =)
Revenir en haut Aller en bas
Cahel McKelly
Informaticien
avatar
Masculin
Apparitions : 12
Date d'inscription : 29/12/2016
Age : 26
Race : Sylphe
Pouvoir : Ubiquité
Niveau d'études/Métier : Informaticien
Situation amoureuse : Free
Nationalité : Ecossais
Personnage sur l'avatar : Izaya Orihara
Commentaire/Citation : Regarder n'est pas un crime ♥️

Voir le profil de l'utilisateur
29.12.16 21:50


Youhou o/

Bon le seul défaut c'est que je suis en blanc/gris, ça me perturbe, j'ai l'habitude d'être en noir ou en bleu xD

T'es sûre que tu veux pas inverser les Arbs et les Inwo ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» True blood.
» ANYONE. ANYTIME. ANYPLACE.
» anywhere, anytime, i would do anything for you ♥ lisa reine de coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Opleid - Les Cercles des Dieux :: Ding, Dong { Bienvenue à Opleid :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: